ARCHIVES



Note complémentaire de Georges Gagneré

Rencontre professionnelle

A l’occasion d'Ecritures_Escale#8, Georges Gagneré a proposé une rencontre professionnelle destinée ? débattre des enjeux du numérique en temps réel dans le spectacle vivant : réseaux, productions, financements, logiciels, mise en scène, etc. L’élargissement de la création théâtrale aux nouvelles technologies et logiciels amènent inévitablement ? la naissance de nouvelles techniques, voire de corps professionnels, qui doivent travailler en étroite collaboration ? la fusion des genres et des médias : textes, mouvements corporels, sons, images/vidéos, lumières…

Cette initiative trouve son penchant on-line sur le site Internet www.didascalie.net, lancé par Georges Gagneré. Véritable laboratoire évolutif, l’espace de travail qui en découle allie réflexion et pratique professionnelle, et permet au plus grand nombre de partenaires de mettre en commun leurs connaissances au service du développement de leurs propres recherches. Cette volonté de mutualisation des outils a notamment débouché sur la conception du logiciel de régie vidéo Mirage et du logiciel de traitement sonore Peralvino, téléchargeables gratuitement en ligne, et dont les nouvelles versions sont en constante élaboration. Didascalie.net permet de structurer le développement des outils, mais aussi de leur transmission (formations professionnelles continues, projet Fotobot auprès de jeunes élèves). Le projet Didascalie se développe parallèlement au niveau européen en Norvège, aux Pays-bas et en Espagne.


La rencontre professionnelle du mercredi 15 février a réuni autour de l'équipe d'Ecritures_Escale#8 :

- Audrey ARDIET, presse Théâtre / Danse / Festival Via, Le Manège
- Pascale BAEYERT, conseillère pour le théâtre DRAC Alsace/Lorraine
- Denis BEAUGE, directeur du théâtre La Coupole
- Denis DARROY, conseiller cinéma/audiovisuel DRAC Alsace/Lorraine, représentant région du CNC
- Gualtiero DAZZI, compositeur
- Georges HECK, programmateur, Vidéo Les Beaux Jours
- Cécile HUET, directrice de 01studio
- Jean LAMBERT-WILD, metteur en scène, coopérative 326
- Jean-Louis LARCEBEAU , responsable de la formation continue, régie son / temps réel, ISTS-Avignon
- Aïdan OBRIST, réalisateur, 01studio
- Francis SCHALLER, administrateur de La Filature
- Philippe SCHLIENGER, directeur de Créa
- Emmanuelle WALTER, chargée de projet Espace Image de La Filature



Cet après-midi de rencontre et de discussion a mis en exergue les principales problématiques de l’utilisation du numérique dans le spectacle vivant.

Définition / reconnaissance
Quelle définition donner aujourd’hui au numérique ? Le problème de la prise en considération du numérique par les réseaux de financement n’est-il pas lié ? la difficulté ? le définir précisément ?
Le numérique est confronté aujourd'hui ? un problème d’identité et de reconnaissance, mais surtout de partage des connaissances. Tout porte ? croire que la notion même d'art numérique est trouble. La question est régulièrement posée : existe-t-il réellement un art numérique ? Plus qu’une nouvelle forme artistique, le numérique n’est-il pas seulement un outil supplémentaire ? Concernant le spectacle vivant, les structures de financement du théâtre existent déj? . Dans ce cas, les performances dîtes numériques réponderaient aux mêmes problématiques que toute autre forme de spectacle vivant, et devraient ainsi se soumettre aux mêmes règles et réseaux.
Cette question semble cependant spécifique ? la France au sein de l'Europe. Nombre d'autres pays Européens ont vu l’apparition de structures d’aide consacrées au numérique dès son apparition dans le milieu artistique.

Moyens techniques
L'utilisation du numérique possède cependant ses spécificités. Il demeure ? ce jour un réel décalage entre la régie dite « classique » ? disposition dans un théâtre et la régie nécessaire pour la réalisation d’une performance utilisant le numérique en temps réel. Comment faire avancer ce point et créer des lieux d’accueil, ou des cellules au sein de lieux d’accueil, plus adaptés ? la réalisation de performances numériques ?
La formation des régisseurs devient ? ce titre fondamentale au sein d’une structure d’accueil du spectacle vivant, pour le développement de performances numériques.
L’autre problème qui s’installe est la complexité voire l’absence de passerelles entre les outils et logiciels eux-mêmes, qui naissent et évoluent en parallèle. Comment fédérer ces avancements et rendre un dialogue possible entre ces outils ?

Financements
Actuellement, seul le Fonds DICREAM offre une possibilité de financement d’œuvres "numériques", notion englobée cependant par la notion plus large de "multimédia". A ce jour, aucune initiative de financement n’a pour objet l’art numérique lui-même.
Doit-on envisager la création d'un Fonds Numérique ? Comme tout phénomène émergeant, la spécificité du numérique est d’être en évolution constante. Dans ce cas, quels critères prendre en compte pour la création d’un fonds numérique aujourd’hui ?
Le problème de financement rencontré par le numérique n’est cependant pas spécifique ? la scène. La DRAC Alsace étudie ? ce titre les prémices de la création d’un fonds d’aide ? la création numérique. La volonté de création de ce fonds traduit le début de la légitimation d’une démarche spécifique liée au numérique dans sa globalité, et de la prise en compte de nouveaux corps de métiers.