ARCHIVES

Note d'intention musicale

par Tom Mays

La collaboration avec George Gagneré et la Cie Incidents Mémorables, qui a commencé il y a un peu plus d'un an par la participation au spectacle La Pluralité des Mondes, fait évoluer de façon importante mon travail de compositeur et développeur de systèmes interactifs temps-réels.

La caractéristique la plus sensible d'un travail pour le théâtre est qu'il faut toujours penser que les idées, et par conséquent les programmes et les outils que j'amène dans l'espace de répétition, doivent pouvoir s'articuler, s'adapter et même se transformer de façon réactive et rapide en fonction des besoins du plateau. Une partie de cette réactivité dépend aussi du passage des outils d'exécution musicale au régisseur numérique qui a une certaine marge de manœuvre et une certaine souplesse d'interprétation des musiques et des systèmes que je lui fournis. Pour réussir ce passage, il faut nourrir une collaboration étroite avec ce régisseur et le faire participer à certains aspects de la création (prises de son, réalisation des séquences de déclenchements des fichiers son et des trajets de spatialisations, entraînement et formation dans l'environnement d'exécution, etc.).


Pour le travail spécifique à ce nouveau projet de collaboration qu’est espaces indicibles, il y a plusieurs domaines que je vais développer et approfondir.

Le premier c'est évidemment le concept musical et sonore en relation avec les textes et le propos de la création. Il s'agira d'un travail autour des espaces réels et virtuels, des espaces évoqués et des espaces musicaux abstraits à partir d'éléments musicaux et sonores qui ne vont pas seulement accompagner les acteurs, mais les propulser, les motiver et les inspirer dans leurs actions.

Le deuxième domaine c'est le système des "instruments" basés sur la captation par caméra vidéo. Ce travail, entamé depuis un peu plus d'un an, a déjà été utilisé pour la création de La Pluralité des Mondes en 2005, pour l’installation sonore interactive Acousmeaucorps, pour la création d'un instrument gestuel que j'utilise souvent dans l'improvisation musicale, ainsi que pour un spectacle de danse interactive, Crossroads. Il s'agit actuellement d'un système de déclenchement d'échantillons ou bien de l'excitation des nappes de résonance, mais je vais développer un nouveau mode de fonctionnement qui sera un jeu de construction purement musical avec des phrases ou des notes génératives issues des algorithmes temps-réels qui jouent des sons de synthèse. Les déplacements dans les différents carrés d'une grille prédéfinie de 9x9 carrés vont donc relier des phrases entre elles et créer des formes plus conséquentes.

Le troisième domaine important à travailler c'est la spatialisation sonore multicanal (5.1 ou 7.1) pour créer et différencier les différents "espaces" sonores du spectacle. C'est un travail essentiel à faire avec chaque son émis en rapport avec la scénographie, la vidéoscénographie et l'expérience d'écoute du public.

Le quatrième domaine concerne les rapports d'interactivité parmi les "acteurs" du plateau (comédien et danseur), la musique, et les moteurs d'image 3D de Christian Jacquemin – avec qui j'ai entamé une collaboration de recherches sur les différents modes de rapports entre la musique et l'image 3D. Un réseau sera créé qui permettra d'envoyer des données de captation (capteurs/caméras) parmi tous les ordinateurs de la régie. Ces communications sont essentielles pour créer des espaces unis à partir d'éléments divers (plateau, public, jeu scénique, musique, image 3D, régie...).